Don't nuke the climate
Don’t nuke the climate ! >Medias >Communiqués de presse > Le Réseau "Sortir du nucléaire" déploie une immense banderole à COPENHAGUE en (...)

Le Réseau "Sortir du nucléaire" déploie une immense banderole à COPENHAGUE en amont du sommet sur le Climat

Copenhague, le 5 décembre 2009 – Le Réseau "Sortir du nucléaire" a déployé une grande banderole sur un immeuble à Copenhague à 100 mètres du Bella Center où va se tenir dans 2 jour le Sommet international pour le climat. Sur la banderole on peut lire les mots "Don’t Nuke the Climate !" » ("ni nucléaire ni effet de serre !") portés par une foule. Cette image symbolise les dizaines de milliers de personnes qui, dans le monde entier, dénoncent les tentatives de certains Etats (dont la France) de faire passer le nucléaire pour une solution au changement climatique.

JPG - 89.5 ko
Le Réseau "Sortir du nucléaire" a déployé une grande banderole sur un immeuble à Copenhague à 100 mètres du Bella Center où va se tenir dans 2 jours le Sommet international pour le climat.

Un nombre grandissant d’Etats, parmi lesquels le Japon, le Canada, la Russie, l’Inde, le groupe des pays africains et la France, souhaitent en effet que le nucléaire soit inclus dans les mécanismes de flexibilité et d’atténuation du prochain accord climatique, actuellement en cours de discussion [1]. Ce soutien au nucléaire se fonde en réalité sur des intérêts industriels directs ou indirects, ou sur des arguments parfaitement hors sujet dans les discussions sur le climat, liés au « prestige » ou à l’ « indépendance nationale ».

La position des Etats est systématiquement à l’opposé de celle des populations, qui partout dans le monde rejettent clairement le nucléaire. C’est cette société civile privée de parole qui est représentée sur la banderole.

Monsieur Borloo a récemment reconnu dans une déclaration à la télévision que le nucléaire « n’est pas écolo » [2] .De plus, pour 1 euros investi, l’efficacité énergique et certaines énergies renouvelables sont jusqu’à 11 fois plus performantes que le nucléaire pour réduire les gaz à effet de serre [3]. La France continue pourtant à promouvoir cette technologie, notamment dans le cadre des négociations climatiques. Elle sacrifie de manière scandaleuse l’intérêt général à l’intérêt de son industrie nucléaire !

Totalement inefficace et très coûteux, le nucléaire masque les vraies solutions et les prive de financements considérables. Le nucléaire entrave ainsi de fait la lutte contre le changement climatique. Y recourir dans cette lutte serait parfaitement contreproductif. Or lors du Sommet de Copenhague, les décideurs ont non seulement le devoir de parvenir à un accord ambitieux sur le climat, mais aussi de refuser les « fausses bonnes solutions ».

Plus largement, le nucléaire est au même titre que le changement climatique une menace porteuse de grands dangers : déchets radioactifs quasi-éternels qui s’accumulent, risques d’accidents majeurs, risque de prolifération des armes nucléaires…

Sauver le climat et sortir du nucléaire vont de pair : il faut développer la sobriété et l’efficacité énergétique, ainsi que les énergies renouvelables. Tout autre choix serait une erreur majeure pour l’avenir de la planète.

Les citoyens de tous les pays sont appelés à signer sur internet la pétition "Don’t Nuke the Climate !", traduite en dix langues. Déjà près de 50 000 personnes ont signé l’appel [4].

Lien Suédois :
http://dagbokmotatomkraft.blogspot.com/2009/12/kopenhamn-karnkraftmotstandare-uppat.html

Téléchargez les photos Haute Résolution :
http://www.flickr.com/photos/43160621@N08/

dontnuketheclimate_8558 dontnuketheclimate_8568 dontnuketheclimate_8571 dontnuketheclimate_8582 dontnuketheclimate_8583 dontnuketheclimate_8588 dontnuketheclimate_8589 dontnuketheclimate_8566

Notes

[1] Lors de la session de négociations à Bangkok au mois d’octobre, le nucléaire, pourtant exclu à juste titre des mécanismes du Protocole de Kyoto, a refait surface. Les pays cités ont en effet demandé que cette source d’énergie puisse bénéficier de financements par les pays industrialisés dans le cadre des futures actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays en développement (NAMAs).

[2] Sur Canal + dans l’émission Le Grand Journal le 1er décembre 2009

[3] Rocky Mountain Institute, 2008

[4] Parmi les organisations françaises partenaires : Le Réseau Action Climat, France Nature Environnement, Greenpeace, Les Amis de la Terre, ATTAC, La Confédération paysanne, Agir pour l’Environnement, Cap 21, Solidaires, SUD-Etudiant, Fac Verte, Nature et Progrès, Biocoop, Enercoop, Action Consommation, Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets (CNIID), Association pour le Contrat Mondial de l’Eau (ACME), Fondation pour une Terre humaine, …


<< Retour

Réseau "Sortir du nucléaire" | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0